Jean-Jacques Bourdin et Anne Nivat réagissent à l’arrestation pour excès de vitesse, c’est un complot ?

Jean-Jacques Bourdin arrêté par la police, il reconnaît les faits. Le célèbre journaliste, Jean-Jacques Bourdin, aurait été arrêté par les gendarmes de Saint-Flour, le dimanche 24 mai, alors qu’il revenait du sud de la France par l’autoroute A75 au volant de sa puissante Audi. Il aurait été flashé à la vitesse de 186 km/h au lieu des 130 km/h autorisés. Les forces de l’ordre présentes sur place lui auraient immédiatement confisquer son permis de conduire de manière provisoire et auraient également immobiliser son véhicule. Il est également reproché au célèbre journaliste de s’être trouvé à plus de 100 km de son domicile comme l’imposent les mesures de confinement instaurées dans le cadre de la pandémie du covid-19.

En direct lors de son émission matinale, Jean-Jacques Bourdin a accepté de répondre aux questions des auditeurs. Le journaliste a également affirmé sur les réseaux sociaux qu’il était tout à fait prêt à reconnaître l’infraction pour la vitesse excessive, mais qu’il démentait énergiquement ne pas être en possession d’une autorisation valable pour circuler loin de chez lui.

Il prétend même qu’en fait, il était en possession de deux laissez-passer valables, l’un délivré pour des raisons professionnelles et un second pour des raisons éminemment privées. Il n’a néanmoins pas souhaité exprimer pourquoi il se trouvait à une telle distance de Paris, car selon lui, cela relevait de sa vie privée et que celle-ci ne regarde personne à part lui. Selon le quotidien “la Montagne”, c’est dans la région de Saint-Flour dans le Cantal que les faits se seraient produits alors que l’homme de radio et de télévision revenait de sa propriété située dans les Cévennes Gardoises, région de laquelle il est d’ailleurs originaire.

Habitué dans ses émissions quotidiennes, a, comme certains l’affirment, jouer aux donneurs de leçons, les commentaires ont évidemment directement fusé sur la toile. Des reproches lui sont adressés alors que d’autres auditeurs lui témoignent leur soutien en minimisant les faits.

Mais Jean-Jacques Bourdin reconnaît ces faits et avouait qu’il était parfaitement dans son tort concernant sa vitesse excessive. Dans son émission “Bourdin direct” sur RMC, le journaliste de 70 ans a donc fait son mea-culpa et reconnaît être responsable de l’infraction qui lui est reprochée.

Je roulais trop vite, j’en suis parfaitement conscient l’autoroute était absolument vide à l’horizon il n’y avait pas une voiture en plein d’une droite le temps magnifique je n’ai risqué que pour moi parce que j’étais seule dans ma voiture “ précise-t-il en répondant à un auditeur qui souhaitait intervenir.

Sur Twitter, son épouse, la grande reporter Anne Nivat, est revenue sur les faits : ” la vérité, c’est que le grand public se repaît de l’intimité de ce qu’il aime ou déteste. C’est ainsi la notoriété. Jean-Jacques (Bourdin) a roulé trop vite comme ça peut arriver a beaucoup de Français et a été durement sanctionné, quelqu’un a sorti l’info pour nuire et se faire mousser “.

Rien de très grave en définitive excepté un excès de vitesse avec à la clé une amende, probablement salée pour l’excès de vitesse, mais pas pour sa localisation si Jean-Jacques Bourdin possédait effectivement les bonnes autorisations de circuler sur le territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *