Jacques Legros critique le déconfinement et s’en pointe « incohérences » du gouvernement

Ces derniers temps, nous sommes plutôt habitués aux sorties de Jean-Pierre Pernaut, le taulier du journal de 13h sur TF1. Son remplaçant, jacques Legros ne mâche pas ses mots non plus et n’hésite pas à s’en prendre aux incohérences des dirigeants français concernant la manière dont ils gèrent la crise liée au Covid-19 et le déconfinement qui s’annonce. Dès le début du journal du 27 mai, il y a été franchement et il ne ménage absolument pas le gouvernement.

C’est devenu une petite habitude, dans sa chronique quotidienne en confinement en fin de JT, Jean-Pierre Pernaut critique comme un citoyen ordinaire la manière dont le gouvernement gère la crise de Covid-19. Le joker de Jean-Pierre Pernaut ne fait pas non plus dans la dentelle.

Jacques Legros s’en prend aussi au gouvernement

Jacques Legros, en tant que joker sur le JT de TF1 À 13h prend de plus en plus d’assurance. Ce dernier a tout simplement, en pleine diffusion de programme du midi, dénoncer les « incohérences » de l’exécutif. Il s’inscrit parfaitement dans les pas du titulaire.  Celui a révélé toucher 2.000€ à chaque journal, n’a pas aimé que le chef de l’État dévoile un programme de sauvegarde pour aider le secteur automobile.

Il considère que cette démarche parait en contradiction avec les considérations environnementales.  « Acheter une voiture pour sauver l’emploi… et la laisser au garage pour sauver la planète, c’est l’un des paradoxes du plan de relance automobile du gouvernement », regrette Jacques Legros, dès le début du journal du 27 mai. Une sortie assez étonnante.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Merci #JacquesLegros pour cet accueil bien sympa #MissFrance @aliciaayliesoff @tf1

Una publicación compartida de Sylvie Tellier (@sylvietellier) el

François Lenglet en remet une couche

Le journaliste François Lenglet, le responsable du pôle économique au sein du JT en remet une couche : « Ce qui est frappant, ce sont les contradictions de la politique pour l’automobile. D’un côté on nous incite à acheter des voitures neuves pour sauver l’emploi. De l’autre, dans les villes, tout est fait pour nous empêcher de nous en servir ». L’homme fait référence notamment aux mesures mises en place par exemple à Paris. Le prix du stationnement a augmenté et de nombreuses voies de circulation ont été fermées. La ville privilégie les circulations douces. Certains Parisiens passent énormément de temps dans les embouteillages. Les dirigeants de la ville veulent encourager l’usage des transports en commun. « En fait l’Etat voudrait qu’on achète des voitures neuves pour l’emploi mais qu’on les laisse au garage », enchaîne François Lenglet.

Jacques Legros est agacé par de nombreux sujets. Au moment du lancement du premier reportage dédié à la situation dans l’agglomération bordelaise, le présentateur dénonce « les incohérences du déconfinement : des parcs déserts, mais des commerces bondés, des terrasses fermées, mais des trottoirs encombrés. ». Le 28 mai dernier, Edouard Philippe s’est exprimé pour dévoiler les principes du nouveau stade du déconfinement. Jacques Legros ne manquera certainement pas de donner son avis ou de dévoiler un point de vue. Plus aucun département n’est en zone rouge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *