Jacques Legros reprend les propos de Jean-Pierre Pernaut, ils dénoncent l’incohérence de la fin du confinement

Jacques Legros est toujours à la place de Jean-Pierre Pernaut. La fin du confinement en date du 11 mai n’empêche pas la star du JT de TF1 de continuer à prendre ses précautions. Mais depuis chez lui, Jean-Pierre Pernaut ne reste pas silencieux, il intervient toujours pendant le JT de 13h. Et le 27 mai, Jacques Legros pointe lui aussi du doigt l’incohérence des mesures post-confinement dictées par le gouvernement.

 

 
 
 
 
 
Ver esta publicación en Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Una publicación compartida de Jean-Pierre Pernaut (@pernautjp) el

 

Jacques Legros prend position et soutien le premier constat de Jean-Pierre Pernaut

Le gouvernement est pour le moins hésitant. La crise sanitaire est d’une telle ampleur et d’un caractère si inédit qu’il est délicat pour lui de prendre position. Malgré tout, il faut bien avancer et le gouvernement se hasarde à prendre des décisions nécessaires mais contradictoires. Ce que Jacques Legros ne laisse pas passer et pointe du doigt lors du JT de 13h de TF1.

En effet, le gouvernement vient d’annoncer une aide exceptionnelle au secteur automobile. Un secteur en décadence depuis déjà plusieurs années. De plus, les conducteurs ont bien compris pendant le confinement qu’ils pouvaient radicalement se passer de leurs véhicules. Et un élan d’écologie est à l’ordre du jour pour “le monde d’après”. Jacques Legros fait intervenir un expert en plateau qui décrit la chute des recettes du secteur automobile. L’encouragement financier de l’État aurait alors été bienvenu dans d’autres secteurs. Inquiet pour les recettes, le gouvernement montre à nouveau que le secteur économique est sa priorité. Ce qui est surtout contestable c’est à nouveau le constat d’un double discours du gouvernement. Un discours qui consiste à inviter les Français à acheter un véhicule neuf pour l’utiliser le moins possible afin de sauver la planète.

Des incohérences multiples qui nuisent à la confiance des Français en son gouvernement

Jacques Legros ne manque pas de souligner à plusieurs reprises les décalages qui sont amenés par les mesures du gouvernement. Comme Jean-Pierre Pernaut la semaine dernière, Jacques Legros déplore la proximité des citadins dans les rues commerçantes. La ville de Bordeaux est prise en exemple. Montrant ainsi les quais de la Garonne déserts, face aux rues commerçantes du centre-ville bondées.

C’est l’incompréhension pour le présentateur. Car si les quais sont déserts c’est que le gouvernement a jugé nécessaire de ne pas permettre de s’y arrêter. La volonté de limiter la propagation du virus est une priorité pour le gouvernement. Difficile alors de comprendre pourquoi les rues commerçantes ne subissent pas aussi le même sort.

Des passants interrogés expliquent qu’ils se retrouvent à s’agglutiner sur des places autorisées d’accès pour déjeuner au soleil. Ils estiment prendre plus de risques de cette manière qu’en s’installant à la table d’un restaurant. Ainsi, preuves à l’appui, Jacques Legros souligne les nombreux paradoxes du gouvernement. Voulant protéger les citoyens, ils prennent des décisions quelques fois ridicules. Montrant alors que la réelle priorité du gouvernement français reste l’économie.

Jacques Legros a été clair et ferme dans ses propos. Il n’attaque pas de front pour autant les mesures gouvernementales mais il juge aberrant de constater de tels contrastes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *