Annonces

Jean-Jacques Goldman: il ne s’est jamais remis de ce “drame”

Dans le documentaire Goldman : un héros si discret, diffusé mercredi 31 juillet sur W9, on apprend que Jean-Jacques Goldman a été très bouleversé par la mort de la chanteuse Sirima, avec qui il interprète le morceau Là-Bas.

Annonces

Un évènement tragique. En 1987, le célèbre titre Là-Bas est sorti dans les bacs. Un morceau signé Jean-Jacques Goldman, qu’il interprète avec une jeune chanteuse, encore inconnue à l’époque : Sirima Wiratunga. Si elle n’est âgée que d’une vingtaine d’année, son incroyable voix a réussi à impressionner l’artiste.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

La classe !!

Une publication partagée par Jean Jacques Goldman (@jeanjacquesgoldman_fan) le

La chanson remporte un franc succès dans l’hexagone. Résultat, le duo décide de se reformer deux ans plus tard, à l’occasion du premier album de la chanteuse, A part of me. Ensemble, ils chantent ainsi le titre I need to know.

Annonces

Seulement voilà, quelques mois après la sortie de cet opus, un terrible évènement est venu bouleverser le monde de la musique. Sirima Wiratunga, alors âgée de 25 ans, meurt assassinée le 7 décembre 1989. Son petit-ami, Kahatra Sasorith, très jaloux, l’a tuée à coups de couteau.

Le décès de la chanteuse a beaucoup attristé Jean-Jacques Goldman. Vingt ans après sa mort, le chanteur de 67 ans lui rend toujours honneur, comme on l’apprend dans le documentaire Goldman : un héros si discret, diffusé mercredi 31 juillet sur W9.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

😁😍😘 #jeanjacquesgoldman #jjg #goldman $#generationgoldman

Une publication partagée par Jean Jacques Goldman (@jeanjacquesgoldman_fan) le

Annonces

“Jean-Jacques Goldman et son équipe continuent de lui rendre hommage puisque c’est une tradition dans les tournées de Jean-Jacques Goldman, quand il chante Là-Bas, il n’invite quasiment jamais quelqu’un à prendre la place de Sirima, c’est le public qui chante les parties vocales de Sirima. C’est un hommage à travers les ans qui lui est rendu”, raconte le journaliste musical Vincent Guillot dans le documentaire. Comme si personne ne pouvait être à la hauteur.

Jean-Jacques Goldman : le fils de Coluche explique pourquoi son absence est bonne pour Les Enfoirés

Suite de l’article page suivante =====>

Page Précédente

Annonces