Vitrolles. Il pleure son épouse deux jours après quelle a accouché à l’hospital, elle perdra la vie.

Certes, la petite Briseïs est bien née à 22h07, seulement, un drame est survenu par la suite. Thierry Kieng avait confié

“Ma femme était plutôt dure au mal. C’est quelqu’un qui faisait du sport de haut niveau. Elle ne se plaignait jamais”

“L’infirmière m’a dit que c’était normal, que c’était dû à l’allaitement”

“Je voyais ma femme prendre une couleur grise. Elle avait les yeux enfoncés. Elle était épuisée. J’ai demandé à maintes reprises si on pouvait la prendre à charge, lui faire des examens complémentaires. On a eu de cesse de me répéter que tout était normal.

Le gynécologue riait derrière avec les infirmières et à moi, on me disait: ne vous inquiétez pas, les constantes sont bonnes!”

Pourtant, Émilie succombera à ses douleurs le 4 décembre à 9h15.

UN TRANSFERT OBLIGATOIRE

Suite à cette situation, une plainte a été déposée et une enquête a été ouverte. Frédéric Rieg, le gestionnaire de la clinique Vitrolles avait souligné le fait que ce genre de cas était très rare.

” Ma femme on me l’a prise on me l’a voler !!!! j’expliquerais tout assez vite !!! ” , “Un cas sur 60 000 naissances en France” rare, mais inéluctable d’après lui.

Si le gynécologue a été qualifié de médecin chevronné, le directeur régional d’Alimaviva et gestionnaire de la clinique a ajouté

“Cela arrive quatre fois par an en France et c’est tombé chez nous” “Nous sommes évidemment favorables à ce qu’il y ait ces expertises et ces enquêtes”, insiste-t-il.

Une histoire a faire suivre a tous nos amis 

Suite de l'article