Un enfant a envoyé un colis caritatif aux Philippines. Et après 15 ans, ça a radicalement changé sa vie.

Bientôt, ils ont découvert qu’ils avaient beaucoup en commun et, après un an de communication, ils ont décidé de se rencontrer. Tyrell a travaillé sur des chantiers de construction et a économisé assez d’argent pour aller à Manille. Pendant tout le vol, il était nerveux, car c’était son premier voyage à l’étranger. De plus, il n’avait jamais voyagé seul. Joana est allée le chercher à l’aéroport. Ils étaient tous les deux très inquiets, mais à première vue, ils ont remarqué l’alchimie entre eux.

Tyrell fut tellement surpris des conditions de vie des parents de la jeune fille que tout lui parut irréel : dans une petite maison, 8 parents dormaient par terre. Les amants ont passé 10 jours ensemble et il était très difficile de se dire au revoir sans savoir quand ils se reverraient. Il a promis à Joana qu’il reviendrait et a tenu sa promesse.

La deuxième visite de Tyrell a duré un mois et a été cruciale, car il a demandé la main de Joana au père de la fille et il a accepté. Mais sa mère était contre, car elle considérait que 20 ans, c’est un très jeune âge pour se marier. Puis le père de Tyrell est venu à Manille et l’a convaincue. Le mariage a eu lieu au ranch du marié, habillé d’un barong, qui est la chemise de mariage traditionnelle des Philippines, et la mariée portait une couronne de fleurs et une robe blanche. Ses parents n’ont pas pu assister au mariage en raison de complications liées au visa, et maintenant le couple rêve de répéter la cérémonie dans le pays de la jeune fille selon les traditions du peuple de Joana.

Le projet caritatif d’envoi de cadeaux de Noël aux familles pauvres a été lancé en 1993 et 113 millions de boîtes de chaussures ont dû être envoyées dans 130 pays pour que Joana trouve Tyrell. Récemment, le couple a eu un bébé merveilleux, et ils envoient chaque année de tels cadeaux à d’autres pays. Ici vous pouvez voir comment le couple raconte son histoire, et ils ne cachent pas leurs larmes de bonheur.

Suite de l'article